Kovalev l’emporte sur Jean pascal par K.-O technique au 7e round

Kovalev l’emporte sur Jean pascal par K.-O technique au 7e round

(98,5 Sports) – Dix mois après avoir subi la défaite face à Sergey Kovalev, le Québécois Jean Pascal n’a pu prendre sa revanche, samedi soir, au Centre Bell.

Face au Russe, champion unifié des poids mi-lourds, le résultat pour Pascal a été une autre défaite, un K.-O. par arrêt de l’arbitre au septième round au terme d’une leçon de boxe.

Pascal (30-4-1, 17 K.-O.) en était à un premier combat supervisé par l’entraîneur Freddie Roach, après avoir mis un terme à son association avec Marc Ramsay. Kovalev (29-0-1, 25 K.-O) défendait ses titres unifiés du WBA, WBO de l’IBF pour une troisième fois.

Pascal a perdu les sept rounds qu’ils a disputés face au Russe qui a été encore plus dominant que lors du premier combat entre les deux pugilistes. Encore une fois, le Québécois a fait preuve de courage, même après que son entraîneur lui a dit qu’il allait arrêter le combat après la sixième reprise.

 

Pascal a plaidé pour un autre round, qu’il a obtenu, mais il n’a pu se justifier, lui qui était à la peine depuis le 5e assaut.

 

Kovalev (29-0-1, 26 K.-O.) a ainsi rempli sa promesse de faire payer Pascal pour les propos qu’il a tenus à son endroit cette semaine. Le Québécois a joué – à outrance – la carte du racisme pendant cette semaine de promotion.

Il s’agit peut-être de l’une des pires performances de Pascal au cours de sa carrière, lui qui avait des allures de Lucian Bute dans ses affrontements face à Carl Froch et face à lui-même, en janvier 2014.

Pascal n’a été dans le coup que pendant un bref moment au troisième assaut, alors qu’il a réussi à placer quelques bons coups en puissance. Mais Kovalev lui a servi une leçon de boxe. Son jab puissant a touché la cible tout au long du combat et Pascal a passé la soirée dans les câbles, étant incapable de contre-attaquer.

Mais à compter du cinquième, Kovalev aurait pu arrêter de faire quoi que ce soit tellement le Lavallois n’avait plus rien à offrir.


Après le sixième round, son entraîneur, Freddie Roach, a suggéré à Pascal de stopper le combat, mais ce dernier lui a demandé un round de plus. Roach s’est assuré que Pascal ne retourne pas au centre du ring pour le suivant, signifiant lui-même à l’arbitre Michael Griffin que le combat était terminé.

 

Après le combat, Kovalev n’a certes pas été gracieux en déclarant sur le ring qu’il n’avait toujours pas de respect pour Pascal, ce qui lui a valu les huées de la foule.

 

« Mon coin m’a demandé d’en finir au plus vite, mais je leur ai dit que je voulais prolonger le combat, question de le frapper davantage, a déclaré Kovalev quelques instants après sa victoire. Je voulais qu’il paie davantage. »

Il y a eu davantage d’action dans les entrevues d’après-combat, alors que le boxeur Adonis Stevenson s’est rué sur le ring après que Kovalev eut indiqué qu’avant d’affronter Andre Ward à l’automne, il aimerait bien faire face à « Adonis Chickenson». Ce dernier n’a, de toute évidence, pas apprécié l’insulte.

S’en sont suivies quelques minutes de brouhaha, qui auront finalement permis à la foule de s’exprimer un peu.

Lire la suite sur le site du 98,5 FM

error: Content is protected !!