La grande envolée du coucou !

Crédits: François Laplante Delagrave

Crédits: François Laplante Delagrave

C’est jusqu’au 23 avril que nous aurons la chance d’aller assister à la pièce de théâtre Vol au-dessus d’un nid de coucou, présentée au Théâtre du Rideau Vert à Montréal. Mise en scène par Michel Monty, on assiste à une adaptation de la pièce originale qui s’est fait connaître du grand public grâce au film (Vol au-dessus d’un nid de coucou) de Milos Forman, produit en 1975 et devenu célèbre grâce à l’incroyable interprétation de Jack Nicholson et Louise Fletcher. Il est facile de jouer dans un film lorsque l’on a des dizaines de prises que l’on peut refaire et reprendre sans cesse. Les chances sont grandes. Ce n’est pas le cas au théâtre! Du coup, nous assistons ici à du talent brut. En effet, Mathieu Quesnel (Randle McMurphy) et Julie Le Breton (Garde Ratched) font acte de talent irréprochable. Tout en nuances, les acteurs livrent une performance solide et sentie, tout en étant appuyée par d’autres acteurs tout aussi talentueux les uns que les autres (Stéphane Demers, Renaud Lacelle-Bourdon, Jacques Newashish, Renaud Lacelle-BourdonAnne-Marie Binette, Sylvio Archambault, Catherine ChabotBenoit MauffetteJacques Newashish, Gilbert Turp, Frédérick TremblayPhilippe David, Justin Laramée et Jean-François Hupé.)

Crédits: François Laplante Delagrave

La pièce a été modernisée et mise au goût du jour optant pour une langue bien québécoise et peu soutenue. Nous avons réellement l’impression d’être dans un institut psychiatrique du Québec. Michel Monty fait une nouvelle traduction et une adaptation de la pièce de Dale Wasserman. On y retrouve là toute la couleur québécoise et le travail d’adaptation réussi d’une équipe de travailleurs chevronnés et passionnés. La qualité de cette production réside dans la grande performance scénique des acteurs, mais aussi dans la mise en scène efficace et son décor réaliste.

Crédits: François Laplante Delagrave

Les Muses – Centre des arts de la scène

Fondée en 1997 par la danseuse Cindy Schwartz, cette école est unique puisqu’elle offre une formation professionnelle en théâtre, danse et chant à des artistes vivant avec un handicap (intellectuel, TSA, limitations physiques ou sensorielles). On y favorise l’intégration des élèves avancés et finissants dans le milieu culturel. C’est d’ailleurs là que Michel Monty y donne des ateliers de jeu devant la caméra. Étant donné la nature du sujet de Vol au-dessus d’un nid de coucou, l’idée était parfaite! C’est donc avec un immense plaisir que l’on voit jouer sur scène Philippe David et Jean-François Hupé, tous les deux issues du Centre des arts et de la scène Les Muses.

Crédits: François Laplante Delagrave

De plus, Jacques Newashish fait ses premiers pas sur scène dans le rôle du Chef Bromden. Né en 1958 sur le territoire Atikamekw de la Haute-Mauricie, il est un artiste multidisciplinaire ( peintre, conteur, performeur, dessinateur, graveur, acteur, chanteur et comédien ). Il interprète avec sensibilité et justesse le grand Chef. Il est rare sur voir évoluer sur la scène québécoise des acteurs natifs des premières nations et c’est avec beaucoup d’intérêt que les spectateurs ont eu le plaisir d’écouter les quelques passages où l’acteur chante quelques passages de chansons amérindiennes que son personnage fredonne pour apaiser ses maux.

Crédits: François Laplante Delagrave

Au final, c’est une pièce percutante axée sur le pouvoir et la folie des êtres que nous avons le plaisir de découvrir sur la scène du Théâtre du Rideau Vert. Inutile de d’écrire d’avantage l’histoire de la pièce, elle est connue de tous. Cependant, si vous voulez assister à du grand art et à des performances magistrales, déplacez-vous tout de suite puisque la pièce est presque sold out. 

Pour acheter vos billets, cliquez ici !

Bon théâtre!

Crédits: François Laplante Delagrave

Crédits: François Laplante Delagrave

error: Content is protected !!