Première du film Le Mirage – un regard sincère et empreint d’humour sur une lourde réalité actuelle.

Première du film Le Mirage - un regard sincère et empreint d'humour sur une lourde réalité actuelle.

Le mirage offre  un regard sincère et empreint d’humour sur une lourde réalité actuelle.

À travers la vie de Patrick Lupien,  père de famille en crise de la quarantaine, on plonge dans un monde de paraître, de surconsommation, d’envies, de pulsions, mais surtout d’insatisfaction, d’illusions, de fantasmes et de mal-être.

Un film qui dépeint de façon touchante l’importance des choix que l’on fait lorsqu’on est en quête de son propre bonheur. Quand ce n’est jamais assez, quand c’est rendu trop.

La grosse maison, la piscine creusée,  les activités des enfants, les dépenses, une franchise en déclin, les dettes, la femme en « burn out », le couple inexistant, une vie sexuelle insatisfaisante en plus de se démener pour sauver les apparences! C’est ça la vraie vie?

Louis Morisette à l’écriture a fait appel à Ricardo Trogi pour pour son talent et sa vision. Les deux s’unissent pour nous offrir ce que Louis qualifie d’un «dramédie» ou «comédie de mœurs.» Il voulait amener les gens vers une réflexion, une remise en questions. Trogi insiste que c’est une comédie à 75%, mais qui ne peut être légère . «C’est amener de façon légère, mais c’est un sujet pesant, un fond sérieux…»

Louis s’offre également d’excellents partenaires de jeu.

Dès l’écriture, Julie Perreault était pressentie pour le rôle d’Isabelle la conjointe de Patrick; Le texte était presque déjà dans ses mots. L’audition était alors un jeu d’enfants pour la belle qui n’a fait que confirmé le choix de Louis et de Trogi. Elle prend plaisir à les retrouver dans ce projet et à donner vie à son personnage qu’elle construit une scène à la fois. Une femme déconstruite, touchante qu’on veut prendre dans nos bras et serrer très fort.

Christine Beaulieu a décroché son rôle au mérite, «C’était la meilleure!» Une beauté, une innocence et une vulnérabilité qui colle bien à la peau de son personnage de Roxane. Pour la comédienne, c’était pourtant un défi à relever, mais son amour pour l’écriture de Louis et l’hyperréalisme de son univers qu’elle a partagé dans C.A, l’a fait plonger tête première dans ce beau projet.  Christine Beaulieu incarne une Roxane en pleine possession de ses moyens; Une femme forte de carrière, sexy, belle et assumée, loin de la « barbie » ou de la femme objet. Pour jouer ce rôle, elle insiste, « Il fallait vraiment être à l’aise! »

À ses côtés, celui qui joue son chum, le talentueux Patrice Robitaille.

Patrice à qui on attribue facilement les rôles de chum de gars, de conjoint « sympatico-macho » a facilement dit oui lorsqu’il s’est fait offrir le film. Le talent de Louis Morissette et la participation de Trogi étaient des arguments plutôt convaincants.

 

——-

   

Et la vraie vie, la belle vie pour eux, c’est quoi?

  Louis Morisette : Il hésite, ne sait pas..  « La vraie vie, dépend de plusieurs facteurs…qui tu es, où tu es et ce que tu as envie de vivre. Si c’est de partir 6 mois à l’autre bout du monde ou encore de magasiner au dix-30 qui te rend heureux, c’est ça ta belle vie. »

Ricardo Trogi: Il réfléchit, ne s’étant jamais fait poser la question.. « La belle vie c’est de passer l’été en Italie… Non, je sais…la  vraie belle vie c’est quand ma fille vient me réveiller le matin dans mon lit. »

Julie Perreault : « La belle vie, le bonheur qu’on essaie d’atteindre, l’extase, se retrouve dans les toutes petites choses de la vie. Lorsqu’on accumule plusieurs petits moments, c’est ça le vrai bonheur. »  

Christine Beaulieu : « Plus on est proche de nous-mêmes, plus on est unique, c’est ça la vraie vie. »  

Patrice Robitaille: « La vraie vie, c’est celle qu’on a en dedans de nous… Il faut assumer ce qu’on est et être bien dans ce qu’on est; Arrêter d’être quelque chose que l’on est pas. »   Après avoir tâter le pouls en tournée en abordant les gens et les critiques,

Louis Morissette demeure très fier. Sans savoir ce que le film récoltera au box-office, il ose déduire, du moins, qu’il ne « mangera pas de volée » de la part des critiques. On souhaite beaucoup de succès au film qui sort en salle le 5 août prochain.

A VOIR:

Première de Les Morisette

Première du film Liverpool

Première de 1987 de Ricardo Trogi

 

  ——-

error: Content is protected !!