Galas Les rivalités Juste pour rire avec un duel Québec vs France opposant Éric Antoine et Rachid Badoury.

Galas Les rivalités Juste pour rire avec un duel Québec vs France opposant Éric Antoine et Rachid Badoury.

Hier soir débutait la série de galas Les rivalités Juste pour rire avec un duel Québec vs France opposant Éric Antoine et Rachid Badoury.

C’est Éric Antoine, qui est connu comme humoriste, mais également comme magicien, qui est entré le premier sur scène, appuyé sur une béquille. Malheureusement, il s’est bêtement blessé la veille du spectacle lors de son passage à Le Gala Incroyable animé par Gilbert Rozon. Il a alors fait apparaître une vingtaine de danseurs et Rachid Badoury tout droit sortit d’une boîte ne pouvant contenir que 6 personnes. Après avoir fait quelques moves de danse, Rachid a laissé la chance à son collègue de se présenter avant qu’ils ne commencent à se chicaner.

Le premier invité de la soirée, Neev, est venu parler de la différence entre les jeux-questionnaires québécois et français comparant ainsi La guerre des clans, Le Banquier et La poule aux œufs d’or à Des chiffres et des lettres et Questions pour un champion.

Ensuite, on a eu droit à un duo Pierre Croce et Jérémy Demay. Ce dernier lui a expliqué les raisons pour lesquelles il veut rester au Québec : les spectacles, les maisons, le maïs, le système de santé, etc.

 

Éric a refait son premier tour de magie le Dream Bag, sac en papier vide d’où sortait une multitude de sacs à main de grosseurs variées. Rachid a détruit la magie en repliant les sacs à main faits en carton. Il a continué avec un numéro dédié à l’enfance en faisant monter sur scène une jeune spectatrice de 7 ans. Il a testé la fée des dents, qui était en l’occurrence Rachid portant un tutu, une couronne et suspendu dans les airs.

Eddy King a parlé des tristes événements des attentats de Charlie Hebdo, du Bataclan et de Nice ainsi que de la force des Français et de la liberté d’expression. Il a affirmé que ça aurait pu lui arriver, car il a habité dans les mêmes conditions que les auteurs des attentats. « J’aurais pu me laisser endoctriner. Non! J’aime trop le porc pour ça. Le bacon me garde sur le droit chemin! »

Par la suite, c’est Olivier Martineau qui a fait son entrée avec « la France, esti de pays avec un nom de madame. » Il a avoué qu’il aurait aimé voyager et voir le Musée du loup, la Place Versailles ou la tour Eiffel, mais qu’il faisait des blagues au mauvais moment, devant les douaniers par exemple.

Alors qu’Éric prenait un malin plaisir à se moquer de Rachid, celui-ci s’est vengé en laissant un autre venir l’insulter à sa place, ce qu’a fait à merveille Jean-François Mercier.

Blanche Cardin est également venue parler du pouvoir de victime, titre qu’elle a ces temps-ci en étant Française. Elle a d’ailleurs joué la carte de la victime pour s’éviter une contravention d’un policier montréalais. L’humoriste a aussi discuté de l’égalité des sexes, qui selon elle est bien dans la vie de tous les jours, mais pas dans la sexualité. Il doit y avoir un dominant et un dominé pour mettre un peu de piquant dans la vie de couple, elle dont la vie est rendue plate depuis quelques années.

Rachid a ensuite fait un petit numéro sur sa femme avant et après le mariage. Il a découvert des aspects encore inconnus même après 4-5 ans de vie commune. Sa femme parle arabe, elle n’est plus aussi timide qu’avant, elle rit comme un cochon, se mouche de façon disgracieuse et dort les yeux ouverts.

Mathieu Madénian, que l’on a pu voir dans la version française d’Un gars, une fille a mentionné avoir fait un emprunt bancaire pour pouvoir se payer un appartement. Il a expliqué qu’il avait, sous les conseils de son père, préparé un argumentaire, mais qu’il avait fait un appel Face Time avec son banquier au lieu d’un appel régulier. Ce dernier l’avait donc vu étendu sur son lit en bedaine. Pour obtenir son prêt, il a également dû passer un bilan médical : test d’urine, prises de sang, rendez-vous chez un vieux dermatologue.

Le dernier invité de la soirée, Laurent Paquin a mentionné d’entrée de jeu, aux Français présents dans la salle, d’arrêter de faire croire qu’ils sont capables d’imiter l’accent québécois. Il s’est ensuite moqué de quelque chose de bien pire, leur accent en anglais, lorsqu’ils ajoutent des Z qui n’existent pas. Il a aussi avoué avoir honte des Québécois qui parlent espagnol en vacances et les a défiés de demander du beurre en France.

Pour terminer le gala, Éric a demandé l’aide de Rachid pour faire un numéro sur les prédictions. Il a choisi des spectateurs au hasard, en lançant à 4 reprises un ballon dans la foule. Sophie a répondu 1 à la question : Combien d’arabe ça prend pour changer une ampoule? Rachid l’a alors traité de raciste. La deuxième personne, Amelle, a répondu 0 en parlant des oiseaux qui se trompent entre leurs nids et les cheveux de l’humoriste français. La 3e personne a choisi décembre lorsqu’on lui a demandé de dire un mois et la 4e personne a dit 23 comme date. Les deux hommes ont ensuite sorti chacun une enveloppe scellée qui se trouvait dans des coffres suspendus et barrés. Sur les papiers contenus dans les enveloppes, on pouvait y lire : Amelle 0 colombe/Sophie la raciste, 1 arabe/ Personne ne s’en ira le 23 décembre.

Rachid a ensuite défié son coanimateur afin qu’il danse avec la troupe. Bien qu’il fût blessé, il a quand même relevé le défi avec quelques mouvements du haut du corps.

Somme toute, le gala Les Rivalités : Québec vs France était excellent et varié. Chacun a pu trouver son compte. On peut ainsi dire que c’est match nul entre les Québécois et les Français. Le duo Antoine et Badoury se complétait à merveille. Malgré sa fracture, cela n’a pas empêché Éric Antoine de briller avec ses illusions magiques.

Pour tout savoir sur le festival visitez notre section spéciale et le site www.hahaha.com

error: Content is protected !!